Mon expérience SFG : désormais je suis StrongFirst

J’ouvre les yeux et lentement, je retrouve le contrôle de mon souffle. Je suis allongée sur un gazon artificiel. Pendant un moment, je contemple le dôme de la salle où se déroule la certification italienne SFG 1 (StrongFirst Girya, niveau 1). Puis, je me dis en souriant : « Je ne peux pas bouger sans que ça me fasse mal quelque part, mais ça en valait la peine ».

Je suis candidate à la certification SFG I. Je repense avec plaisir à tous les éducatifs et les astuces pédagogiques que j’ai appris pendant cette formation. A la fin du deuxième jour, je suis physiquement épuisée, mais remontée comme une pendule. Je ressens tout ce qui m’entoure. Mon regard est si intense qu’il pourrait percer un mur.

Pour ne plus ressembler à l’Homme de Vitruve épuisé, je fais un effort et je me lève. Notre courte pause s’achève et les instructeurs SFG nous interpellent. « Allons-y les gars ! Nous allons vous rendre plus forts ! »

Ça tombe bien, puisque c’est tout ce que je demande.

SFG 2016 - Serena Tacca

L’expérience SFG commence au moment de l’inscription

Je suis partie de chez moi trois jours plus tôt.  Dans mes bagages : tout ce qui est nécessaire pour mon expérience SFG. Des vêtements de sport, de la magnésie, de quoi protéger mes mains et soigner les ampoules, un rouleau en mousse, des livres… Et puis, une confiance en soi toute relative, résultat de huit mois d’intense préparation physique et mentale. Dès mon inscription à la certification, un profond changement s’est opéré en moi. Mais je n’ai réalisé son étendue que lorsque j’ai atteint mon objectif.

Au départ, le défi me paraissait insurmontable. Le volume et l’intensité de mon entraînement étaient plutôt limités. A peine supérieurs à ceux d’un athlète amateur moyen. Dans ce contexte, une partie de mon cerveau a qualifié mon inscription à la certification SFG 1 de « grossière erreur ». Pourtant, une forte envie de me prouver quelque chose a pris le dessus. J’ai fini par envoyer mon formulaire d’inscription. Je me suis fixé un objectif. Cela a déclenché en moi un besoin immédiat : adopter une série de bonnes habitudes qui me permettraient de l’atteindre.

La préparation

En tant que physiothérapeute, j’avais déjà une bonne connaissance du mouvement humain. J’avais compris la dose nécessaire de bon sens que doit comporter tout programme de renforcement. Mais j’avais également conscience de la nécessité d’étudier en profondeur l’utilisation du Kettlebell pour réussir la certification SFG.  Alors, j’ai plongé dans les livres de Pavel, ses articles et vidéos et ceux d’autres coaches.

Sur la base de ce que j’ai appris, j’ai graduellement augmenté la fréquence et l’intensité de mes entraînements. J’ai équilibré mes périodes d’activité et de repos. Et puis, j’ai suivi un régime alimentaire équilibré avec une discipline croissante. J’ai peu à peu amélioré mes mouvements fondamentaux. Le Swing, le Relevé, le Clean, le Press, le Squat et le Snatch. La devise de la certification SFG 1 est : « Rien que les fondamentaux, à la perfection ». C’est en la lisant que j’ai su que cette formation était exactement ce que je recherchais.

SFG 2016 - Goblet Squat

L’éducation

Je crois qu’on ne peut pas construire quelque chose de durable sans une solide fondation.  Ainsi, je ne peux pas prétendre entraîner et réhabiliter mes patients en physiothérapie. Pas sans avoir précisément en tête la flexion de hanche, la posture correcte ou la bonne activation musculaire.

Au cours de la certification SFG I, j’ai redéfini ces concepts pour moi-même, mais il y a eu bien plus. Des Team Leaders patients et très expérimentés nous ont aidés à intégrer une quantité d’information impressionnante. Ils ont décelé et gommé nos défauts avec rigueur et se sont réjouis de chacun de nos progrès.  Ces trois jours ont été très intenses. Les leçons théoriques et les séances pratiques se sont enchaînées à un rythme très soutenu, mais honnêtement, je ne changerais absolument rien à l’organisation.

Participer à la certification SFG I valait chaque goutte de sueur, chaque moment de découragement, chaque petite victoire, chaque seconde de concentration et chaque larme d’émotion.

SFG 2016 - After the test

Nous sommes tous StrongFirst

Je vois mon parcours comme une course pour prendre de l’élan avant de franchir un fossé. Au départ, vous marchez. Ensuite, vous accélérez pour courir. Vous atteignez votre vitesse maximale… Et puis, vous sautez, aidé par votre travail préparatoire et par l’encadrement de la certification. Enfin, vous atterrissez, heureux, de l’autre côté de l’obstacle.

Au-delà de tous les aspects techniques, traverser la certification SFG m’a donné plus de confiance en moi. Après avoir tout donné pendant ce weekend, je suis certaine d’avoir la capacité de faire face à n’importe quel défi. Avoir une discussion avec mon patron, donner un cours face à un large public, tenir le coup lors de longues séances de travail ou d’étude : je peux tout encaisser !

Il me suffira d’utiliser la même patience, la même détermination et la même force qui caractérisent les combattants.

Parce que désormais, je suis une combattante.

Parce que désormais, je suis StrongFirst.

Et vous ?

Il va de soi qu’avant de vous engager dans un programme d’entraînement, vous devez apprendre la technique correcte de chaque exercice. Pour vous inscrire à une de nos formations techniques « StrongFirst Kettlebell Course » : CLIQUEZ ICI.

Et si vous souhaitez partager vos compétences et votre expérience et rendre plus forts vos amis, votre famille ou vos élèves, devenez instructeur StrongFirst en participant à notre édition française de la certification SFG 1. Pour vous inscrire à ce stage de certification : CLIQUEZ ICI.

 

Abdos: les cinq erreurs du renforcement