Système StrongFirst: 15 observations

 

Après plus de 15 ans de carrière, Brett Jones, Directeur de l’éducation nous livre ses 15 observations sur le système StrongFirst.


J’ai acheté mon premier livre de Pavel, Power to the People, en 2000 ou 2001. Il a changé ma façon de voir l’entraînement, de plusieurs manières. Plus tard, en 2001, j’ai acheté Russian Kettlebell Challenge, le tout premier livre de Pavel sur les Kettlebells. Je l’ai lu la première fois… et l’ai laissé traîner dans un tiroir pendant deux mois.

Oui, vous avez bien lu: je l’ai mis dans un tiroir et l’ai oublié pendant deux mois.

Néanmoins, dans le fond de mes pensées, il restait toujours présent. J’ai fini par le ressortir du tiroir et le relire. Après avoir tourné la dernière page, je suis allé chercher un haltère de 25 kg. J’ai décidé d’essayer un des programmes proposés à la fin du livre.

Quand les pompiers ont enfin réussi à me ranimer… Je plaisante, bien sûr, mais j’ai compris qu’il serait peut-être judicieux d’apprendre comment exécuter tous ces exercices. Et d’acheter un Kettlebell.

Brett Jones 15 - Pavel

Je me suis inscrit au second stage Kettlebell de Pavel, en Février 2002. Mon Kettlebell est arrivé au bon moment, juste avant Noël 2001. Le reste, comme on dit, appartient désormais à l’histoire. En Avril 2003, Pavel m’a invité dans son équipe pour devenir un des Instructeurs Seniors. Aujourd’hui, j’ai l’honneur et la responsabilité d’être le Directeur d’éducation de notre école.

Voici quelques observations sur le système StrongFirst que j’ai pu faire tout au long de ces quinze années, depuis mon premier entraînement avec Pavel.

1. Communauté

Au début, l’entraînement avec Kettlebells attirait surtout les militaires, les forces de l’ordre, les pratiquants d’arts martiaux et, comme disait Pavel, « les camarades à la vie dure » (hard living comrades). Le sentiment de la communauté a été immédiat. A l’époque, l’entraînement avec Kettlebells était méconnu et marginal.

Depuis, le Kettlebell a gagné en popularité. Il est devenu un outil d’entraînement reconnu par tous les professionnels du fitness. Mais la communauté est toujours là. J’ai des amis tout autour du globe et c’est le Kettlebell qui nous a connecté. Par le passé, l’expression « communauté Kettlebell » me paraissait bizarre, mais aujourd’hui, ça fait partie de ma vie.

Brett Jones 15 - Communauté

2. Ne vous précipitez pas sur des charges lourdes

Il y avait quelque chose d’unique d’être impliqué si tôt dans l’histoire contemporaine du Kettlebell. Certaines choses, j’ai dû les comprendre par moi-même. Mais j’ai apporté avec moi une base de connaissances grâce à mon passé d’athlète et de coach. En tant que coach, j’étais focalisé sur la santé et la sécurité des athlètes sous ma responsabilité. J’ai apporté ce focus avec moi dans le métier du fitness. Se précipiter sur des charges lourdes peut être une erreur. Je confesse, je l’ai faite moi-même, mais, comme on dit, les leçons les plus durs sont les mieux retenues.

Le résultat : j’ai approché les Kettlebells avec patience. Mon premier Kettlebell était un 24 kg. J’ai ajouté un trio traditionnel de 1, 1 et demi et 2 pouds après mon stage du Février 2002. (Si vous n’êtes pas familiers avec ces mesures de poids, il s’agit de 16, 24 et 32 kg). J’ai accumulé beaucoup de « kilométrage » en faisant surtout des Snatches. Pendant longtemps, le 32 kg a été le Kettlebell le plus lourd que je possédais.

3. Respiration

Depuis mon premier stage avec Pavel, les techniques de respiration pour la force et la performance sont au centre de mon attention. La respiration diaphragmatique, la respiration « forcée », la respiration à travers une paille, la respiration relaxée pour le stretching… Les échelles respiratoires de Rob Lawrence… Ce ne sont que quelques techniques que nous avons incorporées depuis nos débuts. Que ce soit SFG, SFB ou SFL, les techniques de respiration et de haute tension ont changé la donne. Leur application provoque des améliorations immédiates en force, en flexibilité et en performance.

Brett Jones 15 - Front Squat

4. Squat

Lors de mon premier stage en tant qu’instructeur Senior, nous avons passé beaucoup de temps à amener les participants dans la position du Squat profond. A l’époque, une vaste majorité de gens qui venaient dans les stages n’étaient pas capables de descendre suffisamment bas. Alors, nous avons développé un nombre de techniques qui leur permettaient d’améliorer rapidement leur capacité de faire des Squats profonds.

Aujourd’hui, la majorité de nos stagiaires vient avec la maîtrise de la trajectoire complète du Squat. Les dogmes comme « les genoux ne doivent pas avancer plus loin que les orteils », « le Squat profond est dangereux pour les genoux » et autres « traditions » fitness n’ont plus autant d’emprise. Je crois vraiment que FMS, Pavel et le système StrongFirst y ont joué un rôle positif. (Mais je nous accorde peut-être trop de crédit).

5. Ne vous fixez pas de charges minimales

Je m’inquiète toujours quand je vois sur le forum StrongFirst ou dans les médias sociaux les gens qui vendent leurs Kettlebells de petite taille parce que, désormais, « ils sont trop légers » pour eux. Cela veut dire que ces personnes se sont fixé une charge minimale. A partir de là, tous leurs entraînements se feront avec une charge égale ou supérieure à ce minimum. C’est une approche dangereuse. La vie a des hauts et des bas. Les charges, le volume et l’intensité de vos entraînements devraient en avoir aussi. Vos Kettlebells légers sont des lingots dans votre coffre-fort. Ils seront toujours utiles. J’ai personnellement un Kettlebell de 20 kg que j’utilise fréquemment.

6. Concepts avant les outils

Les concepts du système StrongFirst, de notre école de force, s’appliquent quel que soit l’outil.

Brett Jones 15 - Manuel

7. Douleur

Premièrement, la douleur n’est pas quelque chose de normal. Elle ne devrait pas être attendue en tant que conséquence de l’entraînement. Deuxièmement, cherchez de l’aide auprès d’un professionnel de santé, pas sur internet. Trouvez-vous une personne de confiance qui peut correctement évaluer et traiter toute blessure que vous pourriez subir. Travaillez avec elle et écoutez ses conseils en ce qui concerne l’entraînement pendant la période de rééducation. Trop de gens sur internet se plaignent de blessures et de douleurs.

8. Médias sociaux

Je poste sur des forums depuis 2002. En tant que témoin de la croissance des médias sociaux, je peux dire que cela n’a pas toujours été positif. Ces médias offrent une possibilité inestimable d’accéder aux informations, au coaching ou aux communautés. Mais il y a aussi des aspects négatifs. L’apparente sécurité d’être derrière son clavier et son pseudo a l’air d’encourager le pire en nous. Les attaques personnelles, la calomnie et les engueulades sans fin polluent beaucoup de forums et de médias sociaux. Nous pouvons faire mieux.

9. Mouvement excentrique chargé

Le Kettlebell est un outil qui apporte des bénéfices uniques grâce à son design. La possibilité de charger le mouvement excentrique de la flexion des hanches en est un. On ne peut pas balancer une barre derrière les jambes. Enfin, pas plus d’une fois. Cette flexion excentrique chargée nécessite une rapide décélération et ensuite, l’inversement du mouvement en une puissante extension concentrique. C’est un outil précieux pour développer la puissance chez de nombreux types d’élèves.

Brett Jones - Excentrique Chargé

10. Poignée épaisse et force de préhension

L’épaisseur de la poignée du Kettlebell et son centre de gravité déporté dans les mouvements balistiques comme le Swing ou le Snatch sont fantastiques pour développer le grip, la force de préhension. Cette dernière peut être indicateur de votre capacité d’être autonome quand vous vieillissez, voire du risque de mortalité (mieux même que la tension artérielle, selon certaines études). Et ce n’est qu’un des bénéfices d’entraînement avec Kettlebells. Sur une note plus légère, cet entraînement m’a permis d’aborder le travail spécifique du grip à un niveau assez avancé et de réussir un certain nombre d’épreuves de force.

11. Erreurs

Elles ont été nombreuses. J’ai fait des erreurs qui m’ont touché moi-même et des erreurs qui ont touché mes élèves. Apprenez de vos erreurs. N’ayez pas peur d’agir par peur de faire une erreur. Mes erreurs m’encouragent à faire mieux.

12. Volume

Il fut un temps où accumuler 100-200 répétitions par session d’entraînement était considéré comme un volume énorme. Aujourd’hui, nous sommes habitués à des sessions de plus de 500, voire 1000 répétitions. Ne devrait-on pas se calmer un peu?

13. Ignorance

L’ignorance peut être un bonheur. L’époque où « on savait pas ce qu’on faisait » me manque. C’est dans cette époque que le système StrongFirst trouve ses racines. Je trouve que nous avons bien profité de cette fenêtre d’opportunité. Je suis fier de notre système et de son structure. Mais une partie de moi est nostalgique de nos débuts.

Brett Jones 15 - Enseignement

14. Enseignement

Je suis extrêmement reconnaissant pour l’opportunité d’enseigner, présenter et coacher tout autour du globe. Cela étant dit, cette opportunité vient avec une grande responsabilité. Celles et ceux que j’influence utiliseront les informations que je leur donne pour travailler avec et influencer d’autres gens. Je prends cette responsabilité très au sérieux.

15. Santé avant condition physique

« Le seul endroit où la condition physique passe avant la santé est le dictionnaire »

– Moi-même (je crois).

La condition physique devrait être quelque chose qui pousse notre santé en direction d’amélioration. Nous pouvons poursuivre des objectifs qui ont un certain prix. Mais nous devrions être conscient de ce qu’est ce prix et quel effet il pourrait avoir sur notre vie à long terme. Je vois trop de gens qui courent derrière des « trucs » qui risquent d’avoir sur eux un impact durable. Être fort pour ma famille et ma communauté et vivre l’idéal de la force qui a une plus grande raison d’être : c’est là ma définition de la condition physique.

Système StrongFirst : mon observation ultime

Je suis entré dans le monde du fitness il y a vingt ans. J’ai été coach de toute sorte : fonctionnel, machines, HIIT, cardio, poids de corps, etc. Mais mon travail avec Kettlebells, ses concepts, mes mentors et la communauté inclus, a été une force dans ma vie.

Je ne sais pas où en serait ma vie si, en Février 2002, je n’avais pas pris la décision de me rendre à Minneapolis. 

Il va de soi qu’avant de vous engager dans un programme d’entraînement, vous devez apprendre la technique correcte de chaque exercice. Pour vous inscrire à une de nos formations techniques StrongFirst Kettlebell Course : CLIQUEZ ICI.

Et si vous souhaitez apprendre à enseigner ces exercices à vos élèves ou vos athlètes et devenir vous-même un instructeur StrongFirst, participez à notre première édition française du stage de certification d’instructeurs Kettlebells SFG 1.

Pour vous inscrire à ce stage de certification : CLIQUEZ ICI.

Acide lactique : l’ennemi du « rapide »